Retour Sommaire Magazine
Retour Accueil Information Contact
 
 


Plongée à Maurice: suivez le (bon) guide!

Lorsqu’on cite les endroits incontournables de la plongée dans le monde, l’Australie, l’Egypte, les Maldives, la Polynésie sont souvent mentionnés. Et l’île Maurice? Mérite-t-elle de figurer dans cette liste prestigieuse?

Peut-être... peut-être pas...

A Maurice, le “très bon” côtoie souvent le “désastreux”, tout dépend des sites visités! Il ne suffit pas de s’immerger n’importe où pour se retrouver dans un monde sous-marin féerique et inoubliable. Etre pris en charge par un centre de plongée peu soucieux d’offrir à ses clients des prestations de qualité, équivaut à se retrouver sur un récif de corail mort, parsemé de quelques poissons égarés. Scènes vécues: un guide débute sa plongée en nourrissant des poissons afin de mieux les approcher, il se précipite ensuite sous un rocher pour y dénicher un poulpe qu’il exhibe fièrement. Furieuse, la pieuvre crache son encre et tente en vain de s’enfuir. Un vrai numéro de cirque! Le spectacle est à son apogée lorsque nous découvrons un poisson-pierre dissimulé parmi des vestiges de coraux, notre guide s’en saisit et nous montre son dos hérissé d’épines effilées. A l’aide de deux doigts, il fait glisser la gaine qui enveloppe une épine pour y faire surgir une aiguille menaçante. On en oublierait presque que ce poisson peut être mortel pour l'homme... Ces “expériences” semblent passionnantes, mais hélas, elles ne suffisent pas à assouvir et combler nos envies de découvertes... dans le respect du monde marin! Notre guide nous rappelle à la réalité: la représentation est terminée, il faut déjà regagner la surface bien que nos manomètres nous indiquent une autonomie de 100 bars, largement suffisante pour continuer notre exploration. J’apprendrai plus tard que certains centres pratiquent la plongée dites des “35 minutes” qui consiste à remonter à la surface après 35 minutes d’immersion. Pourquoi? Allez savoir! Ils évoqueront certainement des raisons de sécurité afin de plonger sans paliers... mais l’évidence saute aux yeux: le centre de plongée s’est transformé en usine à touristes où la rentabilité démesurée a pris le dessus sur la passion.

Vous l’aurez compris, pour profiter au maximum de sa plongée, il est impératif de dénicher les “bons” centres qui vous emmèneront sur les “bons” sites! Heureusement, il existe à Maurice encore beaucoup de passionnés qui vous feront découvrir avec enthousiasme leurs coins préférés. L’île offre un large éventail de sites de plongée: récifs coralliens qui foisonnent de vie, tombants sans fin décorés de somptueuses gorgones, paysages à l’architecture imposante constituée d’arches, de tunnels et de grottes mystérieuses, épaves concrétionnées qui recèlent des “trésors” insoupçonnés...

Les sites attrayants se répartissent tout autour de l’île, presque exclusivement derrière la barrière de corail. Le lagon est peu intéressant, hormis les parcs marins de Blue Bay et de Balaclava. Il est passablement pauvre en vie animale en raison des dégâts occasionnés par la pêche (autrefois à la dynamite!), la pollution et le tourisme. On peut diviser l’île en 3 grandes zones: le Sud-Ouest (du Morne jusqu’à Flic en Flac) le Nord-Ouest (de Baie du Tombeau jusqu’aux îles du Nord) et l’Est (de Belle Mare à Mahébourg). La partie Sud de l’île est peu propice à la plongée en raison d'une mer dangereuse.


Chaque zone géographique possède ses spécificités:

Le Sud-Ouest est réputé pour la présence de nombreux dauphins qui viennent s’abriter dans les baies de Tamarin ou de Rivière Noire. A Flic en Flac, deux sites sortent du lot: la “Cathédrale” qui offre un décor assez spectaculaire en raison de la topographie des lieux (cavités, grottes, voûtes...) et “Rempart Serpent” qui abrite une faune nombreuse dont un rassemblement époustouflant de différentes espèces de poissons-pierres, rascasses, laffes volantes (poisson-lion) et murènes. Une telle concentration de ces espèces est unique à Maurice et peut-être au monde! La présence dans cette région de nombreuses épaves immergées volontairement pour créer des récifs artificiels a enrichi les possibilités de plongées, particulièrement le “Tug II” et le ”Kei Sei 113” situées à Flic en Flac ou le “Hoi Siong” tout récemment coulé au large de l’île aux Bénitiers. D’autres épaves peuvent être visitées mais elles sont situées à des profondeurs moins accessibles: le “St-Gabriel” (-41m), l’”Orient” (-47m) ou encore le “Carp” (-72m).

Le nord de l’île abrite des sites intéressants et diversifiés: “Peter Holt’s Rock” avec ses murènes géantes et ses balistes titan, “Roches Baleines” avec son tombant somptueux peuplé de nombreux poissons et quelquefois de tortues, “Stenopus Reef”, riche en gorgones géantes et en coraux dont l’“arbre de corail vert” de plus de 2 mètres de haut. Dans cette région, les épaves ne manquent pas: le “Hassen Mian” (Balaclava), le “Stella Maru” (Trou aux Biches) ou le “Silver Star” (Grand Baie) sont les plus intéressantes. D’autres épaves un peu moins attrayantes peuvent être explorées à Trou aux Biches: le “Amar”, le “Star Hope”, et les deux barges “Water Lily” et “Emily”.

Les îles du Nord proposent des plongées particulièrement attrayantes et sont étonnamment peu visitées par les clubs en raison de leur éloignement, quoique facilement accessibles, puisqu' il faut compter une petite heure pour les atteindre. Divers sites à Coin de Mire méritent le déplacement: “The Wall” pour un rendez-vous avec les espèces pélagiques, l’épave du “Jabeda” ou encore la “Grotte aux Dormeurs” qui abrite fréquemment des requins-dormeurs. L’île Ronde compte parmi les sites de plongées les plus spectaculaires, elle est incomparable pour observer du “gros” (requins, bancs de barracudas, marlins) ainsi que que “Banc Rouge” situé entre l’île Ronde et l’île aux Serpents: pic abrupt remontant de -80m à la surface, la visibilité y est toujours parfaite. La site le plus connu et le plus visité des îles du Nord est sans conteste la célèbre fosse aux requins située derrière l’île Plate, au pied du “Rocher Pigeon”. Elle accueille, de novembre à mai, un nombre considérable de requins à queue noire (carcharinus wheeleri). Indifférents aux ballets de plongeurs qui viennent les observer, ils tournoient dans une eau très oxygénée par les remous provoqués par la houle. Les sorties dans cette région sont tributaires des conditions de la mer qui peut être très agitée lorsque soufflent des vents violents.

Sur la côte Est, le magnifique lagon qui longe les côtes est parsemé de passes qui permettent d’accéder facilement à la haute mer. Celles-ci sont riches en plancton et attirent de nombreuses espèces pélagiques. La passe de Belle Mare est sans aucun doute un des plus bel endroit de l’île, la plongée y est assez sportive en raison des courants souvent violents. On y rencontre une concentration spectaculaire d’espèces : requins, raies, barracudas, carangues... Impossible d'effectuer deux fois la même plongée tant les surprises sont fréquentes! Plus au sud, vers Mahébourg, les sites offrent un décor à la topographie fabuleuse. La formation géologique étonnante permet aux plongeurs d’évoluer parmi des pitons, grottes, failles, tunnels, canyons, arches... Les sites “Roche Zozo” et “Colorado” sont les deux “stars” des lieux, sans oublier les restes de l’épave historique du Sirius. Vestige du passé, ce navire anglais fut coulé en 1810 lors de la bataille navale de Grand Port qui opposa les Français aux Anglais. Il n’en reste malheureusement pas grand chose et la visibilité y est souvent mauvaise. Néanmoins, la découverte de canons, boulets et débris de coque vieux de deux siècles provoque assurément une intense émotion!


Quelques informations utiles:

A Maurice, la plongée est possible toute l’année mais la meilleure saison est durant l’été austral, de novembre à avril, où la température de l’eau peut atteindre les 29°C. En hiver, l’eau se rafraîchit notablement et peut descendre en dessous de 20°C, la mer est souvent plus agitée et la visibilité moins bonne.

Une quarantaine de centres de plongée regroupés au sein de la MSDA (Mauritian Scuba Diving Association) proposent des sorties en mer dans la région où leur centre est établi. Ils sont presque tous installés au sein d’un complexe hôtelier et offrent les prestations habituelles: location de matériel, baptême, passage de brevets, plongée de nuit, etc. Pour visiter les sites répartis tout autour de l’île, sans avoir à changer de centre (entraînant des obligations astreignantes comme trouver LE bon centre, faire ses preuves, s’habituer aux exigences du clubs, etc.), il suffit de rejoindre le Mauritius Underwater Group. Le “MUG” est l’unique club de plongée à but non-lucratif de l’île, il a été fondé en 1964 et regroupe des gens de passage et des autochtones (Mauriciens ou étrangers installés dans l'île) dont certains ont beaucoup à vous apprendre sur la plongée à Maurice! Le club organise des plongées tout autour de l’île. Seul inconvénient: les plongées ne se font que le week-end et quelquefois durant la semaine pour des plongées de nuit.

Bien que chaque région de l’île possède ses particularités et ses attraits, force est de constater que les plongées sont d’une qualité très variable. Pour en profiter pleinement, le plongeur devra avoir une âme d’explorateur plutôt que de spectateur: farfouiller dans les cavités de la roche pour démasquer le mimétisme d’un poulpe ou la tanière d’une murène, regarder entre les branches du corail pour apercevoir une myriade de petits poissons craintifs, observer attentivement les anfractuosités du récif pour y déceler de minuscules créatures, scruter le grand bleu pour voir surgir un banc de carangues ou de barracudas, écouter les cris aigus et lointains des dauphins qui pourraient apparaître soudainement...

Quels que soient les sites, certaines espèces sont fréquemment observées tels les surprenants et discrets poissons-feuilles roses ou mauves, les murènes javanaises de plus de 2 mètres, les séduisants poissons porte-enseigne (Zanclus), les balistes titan parfois menaçants, les laffes-volantes ou encore les poissons-chats regroupés en bancs serrés... Fasciné par toutes ces créatures, on en oublierait presque qu’il faut regagner la surface!

Texte et photos: © Fabrice Bettex / Mysterra


  Voir le livre "Les fonds marins de l'île Maurice et de Rodrigues"



 
Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée

Photo sous-marine île Maurice - Plongée
       
         
> Retour Sommaire Magazine